Les articles déjà présents :

Près de 4 ans que BuroQuiTweet est online, et force est de constaster : c’est pas glorieux. Avec le recul, les raspberry pi ne sont pas idéaux dans ces cas là. Sur les 3 modules, seul celui de la buanderie est encore actif.

Petit bilan de cette première expérimentation

  • Le raspberry pi est pratique. Il permet de conserver un OS complet, de facilement prototyper un peu tout et n’importe quoi, de tester des trucs un peu plus avancé que le classique relai+sensors (par exemple, faire de l’OCR sur l’afficheur de la machine à laver).
  • Le raspberry pi est chiant à maintenir. La carte SD tient pas des masses dans la durée, faire un système qui resiste à un reboot sauvage est chiant à maintenir (sans compter quand systemd rentre dans l’équation).
  • Il est leeeennnnnt
  • On doit pouvoir faire mieux
  • … Et surtout : grosse flemme …

Tout allait bien, l’abandon de la maintenance se passait bien, soudainement, on m’a délicatement rappelé que je glandais un peu trop …

ce qui, naturellement, a provoqué chez moi la réaction suivante :

AlerteGenrale

Le plan

J’ai donc repris un peu tout ça, et j’ai commencé la remise à plat de la domotique de Mlle Meulière.

En cherchant un peu, j’ai trouvé des trucs plutôt sympa histoire de faire mieux, l’idée étant de faire quelque chose de relativement simple, modulable et fiable.

  • Les chinoiseries Sonoff qui marchent vachement mieux avec un firmware alternatif Sonoff-Tasmota
  • L’ esp8266, qui est un dérivé d’Arduino, en plus petit, moins cher et avec du Wifi. Il se trouve que tasmota supporte une de ces implémentations : le Wemos D1 mini
  • Le protocole MQTT qui est très utilisé dans le monde de la domotique et des objets connectés

Assez rapidement, sur un coin de table, cela donne ce genre de concept :

pizza

Coté prérequis fonctionnels, j’ai ,à minima, les items suivants :

J’enrichirai cet article avec les details de conception, des fois que cela interresse au moins une personne, en ajoutant les liens au début de la page ;)