Suite à une petite discussion commencée par un petit GIF de la mort que j’avais habillement placé le 5 Novembre, Tonton Lonch’ m’a ressorti un gros dossier de derrière ses fagots chalonnais, qu’il avait écrit en Mars 2006 sur le thème ‘Bouh this is caca’.

Je vous encourage vivement à le lire, mon bourguignon favori ayant une plume très sympa, bien plus mieux bien que ma mienne à moi: V for Vendetta, le film.

De la même façon que mon estimé collègue : ‘ttentin, c’est full of spoils

Gif

Et alors ?

Et bien, je ne suis pas complètement d’accord. Il faut dire que je commence à me faire vieux (mais moins que lui ;p), et que je commence à râler de plus en plus souvent. Lonch’, tu déconnes un peu !

Img

Je fais partie des gens qui commence si possible par les adaptations avant de lire l’oeuvre d’origine. La plupart du temps, ca permet d’avoir moins envie de gerber tout partout. Par exemple, j’ai vu les Harry Potter, je vais donc pouvoir les lire. Idem pour “V for Vendetta”.

Bon, tu accouches ?

Je ne trouve pas que ce soit un film qui nécessite de pousser des cris d’orfraie, je le trouve pas si mal que cela, et l’avis de Papy^WTonton Lonch’ est très intéressant, avec le même constat, j’arrive à une autre interprétation.

L’Etat totalitaire est bien là, il est basé sur des références au IIIème Reich. Effectivement, on ne voit pas de horde de militaires. On croise les agents du “Doigt” (la “Main” si je me souviens bien dans le roman) qui sont dépeints comme des personnes plutôt peu sympathique, et très enclines à pratiquer l’abus de pouvoir. Plus pernicieux et malsain, les camions de l’Oreille qui patrouillent dans les rues, écoutant ce qu’il se passe dans le domicile des gens. Le non-respect de la vie privée dans le film me parait beaucoup plus poussée, plus glauque. La Télévision omniprésente, avec ses seules émissions d’état, est bien plus pernicieuse que la version radio dans les rues du roman. Les gens la regardent plus au moins volontairement. Un peu comme quand on allume la TV chez nous en tâche de fond. Le peuple est bien plus docile dans le film.

Le peuple, il fait le mouton devant la TV. Faut juste imaginer que Mme Michu est accrochée aux émissions d’état plus qu’à TF1. Le parallèle avec les outils d’aliénation version XXIéme siècle est quand même super visible.

Un état comme çà, avec une police de la pensée, perso, je ne signe pas moi.

Ces choix me paraissent logiques, très “IIIéme Reich”. Dans le roman, c’est l’ère Thatcher qui est critiquée, avec plus de gens dans les rues, qui se rebellent. Je vois pas une manif dans les rues de Berlin en 1940, par contre, la nécessité du pouvoir de mettre tout plein de policiers dans les rues au milieu des années 80 au Royaume Uni …

Alors pourquoi faire des références à Adolf plus qu’à Margaret ? Simple à mon sens, on est pas tous aussi vieux que toi et on n’a pas les mêmes souvenirs des grèves grande-bretonnes des années 80, ou des conflits d’Irlande du Nord. En revanche, quelque-soit notre âge, et notre pays, on connait la seconde guerre mondiale un temps soit peu. Je suis pas sûr qu’ l’américain moyen (celui qui fait bouffer l’Olive-Oued) soit capable de repérer les références anglaises.

Pourquoi Evey sort elle le soir au début ? …

Elle va chez sa Grand-Mère qui est très malade pour lui apporter son petit pot de beurre et sa galette. Évident non ?

Ah.

On me dit dans l’oreille que “Non”.

Bon.

Elle va chez Gordon Deitrich (joué par Dieu lui-même sous son nom d’emprunt de Stephen Fry). Effectivement, elle ne va pas se protiputer comme dans le roman, elle va chez la seule personne à peu près normale (avec Finch, joué lui par Stephen Rea). Dans l’approche Adolfienne, c’est logique, je vois çà comme se rendre à une réunion nocturne des Communistes Anonymes en Bavière, un soir de Juin 1934. Du moins, ça me semble être du même niveau scénaristique.

Je t’accorde que le message “Hey, vous êtes des moutons, je reviens dans 1 an jour pour jour et on se fera une bouffe sur Big Ben, amenez les chips, j’aurais le guacamole” est un peu simpliste et expéditif.

Une phrase passe totalement inaperçue dans le film alors qu’elle est primordiale dans le roman. V s’adresse à la nation anglaise et apres leur avoir parlé des dictateurs en place dit : « it twas you who appointed those people ! You who gave them the power to make your decisions for you ! »

«How did this happen? Who’s to blame? Well, certainly, there are those who are more responsible than others, and they will be held accountable. But again, truth be told, if you’re looking for the guilty, you need only look into a mirror. I know why you did it. I know you were afraid. Who wouldn’t be? War, terror, disease. There were a myriad of problems which conspired to corrupt your reason and rob you of your common sense. Fear got the best of you, and in your panic you turned to the now high chancellor, Adam Sutler. He promised you order, he promised you peace, and all he demanded in return was your silent, obedient consent.» dans ce fameux message à l’Angleterre.

Restons dans l’analogie Hitlerienne, Sutler est arrivé comment au pouvoir… Oh Wait … Il a fait pareil. Ok, les frangins Wachowski ne se pas trop foulés de ce coté, mais ca reste cohérent pour moi. Ils y sont allés un petit peu fort coté mèche et calme olympien. Bref Adolf rebrandé en Sutler. D’ailleurs John Hurt joue très très bien.

Au cours de son enquête, Finch doute de plus en plus au fur et à mesure qu’il creuse dans l’histoire des événements qui ont amené le “Parti” au pouvoir. Quand il comprend qui est V, à quoi servait le camp de Larkhill, on a justement la réponse à comment a été manipulé le peuple pour arriver à cette dictature. Un peu comme si on foutait le feu au Reichtag .. Oh Wait …

En gros, ce que dit le film, c’est : « Finalement, c’est pas vous qui les avez choisi, c’est eux qui vous ont manipulés ! Vous etes absout mes fils ! » Vision simpliste de la démocratie qui prévaut de nos jours, malheureusement…

C’était “le” enfin “un des”, message du roman.

Le film présente un modèle simple d’une anarchie, enfin un truc que Mme Michu peut appeler “anarchie”

Mais en bon film hollywoodien, il ne pouvait pas se permettre de dire ca. Alors on remplace anarchie par liberté (et encore, mais j’y viens…) et roule ma poule, le public est content !! Pire, la seule fois où le mot anarchie est prononcé, c’est par un braqueurs (qui dit “anarchy in the uk”), et la phrase suivante contient le mot Chaos. bref, petite leçon bien pensante : anarchie = chaos. La encore, le manque de culture politique Hollywood est affligeant.

je suis tout à fait d’accord avec toi, en revanche, je ne pense pas que ce soit un manque de culture politique, plutôt un acte volontaire pour que les gentils gens qui ont fournit les ne reprennent pas leur pognon. (Indice, ce sont les mêmes qui ont pondu )

quels sont les motivations de V ? dans la BD, c’est la destruction de l’Ordre ancien afin qu’un nouvel ordre puisse emerger, plus juste, plus humain. Dans le film, c’est la vengeance. Uniquement la vengeance, seulement la vengeance. Ce n’est pas V, c’est un bandit corse !

Ils ont réduit effectivement à une simple (ah merde c’est corse d’après le littré, mais bon tant qu’il ne s’agit pas d’espagnols à bérets, tout va bien encore)

Dans mes souvenirs, il y a une grosse part de vengeance, il va même jusqu’à profondément traumatiser Lewis Prothero (qui ne meurt pas dans le roman, il est simplement complètement fou)

pourquoi ont-ils rajoutés du fantastique ?!!!! dans la BD, V est normal, un peu plus rapide, c’est tout. Mais il reste humain, avec des faiblesses humaines. Mais il est V, et c’est seulement son esprit qui est différent, la manière dont il fonctionne. Il est devenu plus qu’un homme car il est devenu une idée ( ou un gros psychopathe, selon l’interprétation)

Il fait une sérieuse sur-tolérance au méchoui quand même non ?

Pourquoi y a-t-il la phrase qui tue, celle que je déteste entendre dans les films ou ca n’a rien a voir : « je t’aime » ? Bordel de merde ! V est une idée, un concept. Il tombe pas amoureux ! pas dans la BD et dans le film c’est tellement artificiel ! j’ai eclaté de rire dans la salle (et j’ai pleuré de rage également)

je suis tout à fait d’accord en revanche sur ce point ;p

Du coup, t’en pense quoi de ce film ?

  • est-ce un bon film ? Oui
  • est une adaptation fidèle du roman graphique ? Non, carrément pas
  • est une adaptation acceptable ? Oui, je pense, il y a environ 20% de l’histoire, elle est transposée, mais une personne qui ne connait pas le roman ne va pas avoir trop d’incompréhension.
  • Tu le gardes ? Grave, ça reste pour moi un truc hollywoodien acceptable, voire même plutôt bien fait
  • Et le roman ? Lui il reste avec les autres choses comme , mon artbook de “Serial experiments Lain”, ou mes Bilal

Lonch’, si tu vois ça comme une adaptation du roman fidèle, c’est clairement pas top et je pense que ce n’etait pas le but du jeu. En revanche si tu vois ca comme une sorte de reboot simplifié, c’est pas dégueu et beaucoup plus accessible pour le lemming moyen.

Et puis, Alan Moore est un gros râleur, il a beuglé sur toutes les adaptations (, ou ). Je ne me prononce pas sur la qualité des adaptations, je ne les ai pas lus, si vous savez pas quoi m’offrir à Noël, maintenant vous savez ;p

En tout cas, Lonch’, je serais très heureux de continuer ce debat devant un peu de pif (mmm disons un Mercurey, ou un hautes-côtes de nuit, je suis pas très désherbant perso) jusqu’à plus soif, ou capitulation de l’une des deux parties.

“Strength Through Unity, Unity Through Faith”

Allez, un petit chaton avant de se quitter

Kitty